Le 17 janvier 2020 à 20h30

Danse

Bnett wasla

Héla Fattoumi & Éric Lamoureux

VIADANSE – Centre chorégraphique national de Bourgogne Franche-Comté à Belfort

Icare

Claude Brumachon

Cie Sous la peau

Bnett Wasla - © Laurent Philippe
Bnett Wasla - © Laurent Philippe
Bnett Wasla - © Laurent Philippe
Icare - © Laurent Philippe
Icare - © Laurent Philippe
Icare - © Laurent Philippe

Présentation

Une soirée danse en forme de libération. Dans ces deux spectacles, des corps échappent à leur condition, au sol qui les attire et aux carcans qui les empêchent, en déployant l’énergie irrésistible de l’espoir.

BNETT WASLA
Wasla signifie en arabe « ce qui relie ». Liaison entre les générations et les cultures, d’abord, puisque Héla Fatoumi et Éric Lamoureux recréent ici une œuvre de jeunesse, en puisant dans une mémoire fragmentée. Une danse de l’intime, qui trouve là le moyen de dire l’universel et de se confronter aux enjeux liés à l’émancipation de la femme. Mais aussi liaison des corps de ces quatre danseuses du Ballet de l’Opéra de Tunis qui glissent le long d’une paroi incurvée, s’y lovent et s’en détachent comme d’un moule pour décliner une langue sensuelle et serpentine, faites de courbes et d’ondulations. Alors, dans ce jeu de creux et de pleins, les visages changent au rythme des spasmes et des percussions, et la danse nous emporte dans une imprévisible transe.
+
ICARE
Icare est une pièce créée en 1996 par Claude Brumachon et Benjamin Lamarche et transmise aujourd’hui au danseur chilien Cristian Hewitt. C’est une histoire de terre et d’air, celle d’un homme seul qui tente de reproduire les gestes parfaits des oiseaux. Il défie pour cela la pesanteur qui le cloue, cherche ses élans au creux de sa chair, et saute au-dessus de la terre avec fureur pour se libérer, avec une volonté prodigieuse, des limites de son corps. Une danse précise et vitale, qui happe le spectateur dans la quête tragique d’un homme transformé par l’espoir de rejoindre le vide immense qui le surplombe.

 

HÉLA FATTOUMI, ÉRIC LAMOUREUX

Chorégraphes et interprètes depuis le début des années 1990, dès leurs premières pièces, Husaïs suivie du trio Après-midi, ils obtiennent une reconnaissance internationale. Nommés à la direction du Centre Chorégraphique National de Caen/Basse-Normandie en 2004, ils poursuivent alors leur démarche commune à travers des pièces à forte tonalité sociétale.
En 2015, ils sont nommés directeurs du Centre chorégraphique national de Franche-Comté à Belfort pour lequel ils développent leur projet VIADANSE.


CLAUDE BRUMACHON, BENJAMIN LAMARCHE

 Après une formation aux Beaux-Arts de Rouen, Claude Brumachon découvre la danse et est engagé (1978) aux Ballets de la Cité de Rouen. En 1980, il commence ses recherches avec Benjamin Lamarche qui deviendra le complice de toutes ses créations. Il compose ses premières pièces et remporte en 1984 le 3ème prix au Concours chorégraphique de Bagnolet. Avec leur compagnie Les Rixes, fondée en 1984, le duo crée en quatre ans, dix pièces dont deux majeures : Texaneet et Le Piédestal des Vierges. Puis en 1989, Folie, pièce d’une étonnante virtuosité.
En 1992, ils ouvrent le Centre Chorégraphique national de Nantes. Ils créent une danse énergique et passionnée. Des errances de Molière, ils font l’Histoire d’Arganle visionnaire, de la société de consommation, un Festin charnel et sensuel. Avec Phobos, ils sondent les peurs irrationnelles et universelles. En 2012, ils créent D’indicibles violences, pièce tribale mettant en scène 8 danseurs.
Au 31 décembre 2015 ils quittent le CCNN et fondent leur nouvelle compagnie Sous la peau. Ils créent en janvier 2016 Mutantet en mai un Carmina Burana pour les 22 danseurs du Grand Ballet de Genève.
Pionniers, chercheurs, guides, Claude Brumachon et Benjamin Lamarche sont animés par une volonté et un désir d’être passeurs de danse pour éveiller la curiosité de tous et susciter un questionnement sur l’art vivant. Ils développent les collaborations avec des compagnies du monde entier, Nigeria, Argentine, Chili, Madagascar, Australie. Ils créent pour les musées Zadkine et Bourdelle à Paris, le musée des Beaux-Arts à Nantes.
De 2016 à 2018, ils deviennent chorégraphes associés aux Centres culturels municipaux de Limoges, trois années extrêmement denses. Ils créent deux nouvelles pièces pour leur compagnie en Limousin : La Forêt traversée, coréalisé avec les JM France (2017), puis Further-l’Ailleurs (2018), et mènent de nombreux projets sur la région : passation du répertoire, créations amateures, pour les conservatoires, les collèges et les jeunes en situation de handicap. La création d’un festival de danse avec la commune de Magnac-Laval (87) nait en 2017. 
Hors région, les passations du répertoire de la compagnie se multiplient (Le Festin, Hashbury, Les Indomptés, Ellipse) pour des Ballets ou des Écoles supérieures de danse.
À l’international 2017 et 2018 voient le retour des chorégraphes au Chili pour la création de De La Tierra al Viento ainsi que la passation de Folie à des jeunes danseurs de Madagascar et des Indomptésau West Australian Ballet en Australie. En août 2018, ils créent L’Exodeau Costa Rica puis se dirigent à Perm en Russie pour des ateliers avant de repartir au Chili pour la création de Las Arenas del tiempo fin novembre 2018.

Voir, écouter et lire

1 avril 2019

Bnett Wasla - I/O Gazette

Du plein au délié, ce n’est pas une démultiplication du même qui s’opère mais quatre entités distinctes qui ensemble prennent possession de leur espace et de leur identité.

24 février 2019

Bnett Wasla - La Terrasse

La richesse de l’écriture donne les moyens aux danseuses de passer de l’intime au collectif, et offre, dans le contexte social et politique d’aujourd’hui, une lecture nouvelle.

8 novembre 2018

Bnett Wasla - Sortir (L'Est Républicain)

Bnett Wasla naît et se transforme en pièce manifeste.

Christine Rondot

2016

Icare - Danser Canal Historique

Aujourd’hui, soit vingt ans plus tard après sa création, Benjamin a décidé de reprendre cette œuvre pour quelques représentations. Et c’est encore une nouvelle lecture qui prend aux tripes alors que la chorégraphie est totalement identique à l’originale.

2006

Icare - La Provence

Tandis qu’Icare effleure quelques derniers battements d’aile dans le noir qui monte, le spectateur sort K.O, boxé par tant de beauté.

2002

Icare - L'Humanité

Avec Icare, Claude Brumachon atteint les sommets de son art

Séances et tarifs

Autour du spectacle

Vendredi 17 janvier 2020

Danse

Rencontre à l'issue de la représentation

Le 18 janvier 2020 à 14h

Ateliers

Atelier Transmission - Icare

Réserver

Génerique

BNETT WASLA

Chorégraphie : Héla Fattoumi / Éric Lamoureux • Interprètes : Oumaima Manai, Cyrinne Douss, Nour Mzoughi et Houda Riahi • Musique : Éric Lamoureux - Extraits : Mounir Bachir - Hamza Eldin • Scénographie : Raymond Sarti • Construction décor 2018 : Ateliers du CDN de Besançon – Dominique Laine et France Chevassut • Création lumières :  Xavier Lazarini • Direction technique : Thierry Meyer • Création pour le Ballet de l’Opéra de Tunis le 29 avril 2018

Production : VIADANSE, Direction Fattoumi/Lamoureux, Centre chorégraphique national de Bourgogne Franche-Comté à Belfort,  • Coproduction : Théâtre de l’Opéra de Tunis et le Théâtre, scène nationale de Mâcon • VIADANSE, Direction Fattoumi/Lamoureux, Centre chorégraphique national de Bourgogne Franche-Comté à Belfort,  est subventionné par le Ministère de la Culture - DRAC Bourgogne Franche-Comté, le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, le Département du Territoire de Belfort, le Grand Belfort, le Pays de Montbéliard Agglomération et soutenu par l’Institut français • Création pour le Ballet de l’Opéra de Tunis le 29 avril 2018


 ICARE

Interprète : Cristian Hewitt • Création musicale : Bruno Billaudeau • Création lumière : Olivier Tessier • Chorégraphie : Claude Brumachon

Production : Centre Chorégraphique de Nantes (Icare 1996) et de la Compagnie Sous la peau (Icare 2020) • La compagnie Sous la peau est subventionnée par le Ministère de la Culture-Direction régionale des affaires culturelles Nouvelle-Aquitaine, la Région Nouvelle-Aquitaine pour son fonctionnement et ses projets, ainsi que l’Institut Français pour certains de ses projets à l’international. 

On vous suggère