Le 08 février 2023 à 20h

Danse

famille

Création 2023

Ambra Senatore

Centre Chorégraphique National de Nantes

Bastien Capela
Bastien Capela
Bastien Capela
Bastien Capela

Présentation

Ils, elles, sont douze au plateau. Assez nombreux pour constituer une micro-société. Ensemble, dans une exploration de l’espace et des relations, ils se posent, en mouvement, des questions de notre temps : qu’est-ce qui fait société ? comment accueillir l’autre ? Départs, retours, suspensions, explosions... Dans cette négociation du partage d’espace, la chorégraphie joue des tensions, des revirements et des redites. Tout l’art de la composition d’Ambra Senatore se dévoile, avec ce filtre subtil de l’absurdité qui recouvre sa danse, faite de ruptures rythmiques et de connexions inattendues. Un puzzle constitué de gestes du quotidien déplacés hors de leurs contextes, créant à la fois un effet de familiarité et de décalage. Jonathan Seilman taille une partition sur mesure, explorant ces musiques qui parlent de ce qui nous constitue, citant des pans de nos mémoires sonores et évoquant différentes influences culturelles. Mobile, fugace, la lumière joue elle aussi un rôle crucial, faisant le focus sur des scènes, des objets, des détails, et orientant le regard du spectateur, qui, loin d’être un simple témoin, se trouve lui aussi inclus dans ce peuple dansant. Une danse de la mise en relation directe, qui propose une relation d’humanité laissant la place à la fragilité, au doute, au sens critique et à l’humour.

Note d'intention
La prochaine création d’Ambra Senatore, prévue pour début 2023 naît de la nécessité de réfléchir autour de la relation et de la vie en société, sur comment vivre ensemble, sur les rapports entre le collectif et l’individu. Replongeant dans sa série de Conversations, menées pendant deux ans avec des chercheur.euse.s, des scientifiques, des habitant.e.s…, la chorégraphe invite douze danseur.euse.s d’horizons différents à mettre en partage les notions de groupe, de dialogue, de solitude, d’intimité : tout ce qui fait vie et lien. Douze personnes se rencontrent, entrent en relation. Leurs mouvements déjouent les états qui les habitent. De ce rapport entre l’individuel et le collectif, Ambra Senatore dresse avec finesse le portrait de notre humanité et de ses travers. Obstination, doute, inconstance, mais aussi tendresse, attention, gaîeté : tout y est observé à la loupe. Il naîtra peut-être de ces rencontres une ode au simple bonheur d’être ensemble. Un bonheur commun peut-être difficile à atteindre, peut-être impermanent, mais si nécessaire.


Biographie
Chorégraphe et performeuse italienne originaire de Turin, Ambra Senatore est depuis 2016 directrice du Centre Chorégraphique national de Nantes. Sa danse se trouve à cet endroit ténu entre la construction de l’action, la fiction dans la répétition et la vérité de la présence. Au fondement de toute sa gestuelle se trouve le quotidien « observé à la loupe » qu’elle décale, renverse jusqu’à ce que le geste se fictionnalise, jusqu’à ce que la danse se théâtralise. Adepte des surprises, des cut, et des répétitions, qui rappellent le cinéma Ambra Senatore re-compose le réel à la manière d’un réalisateur. Elle dirige le regard du spectateur, à lui de recomposer ensuite le puzzle de cette matière chorégraphique et des indices qu’elle sème. Cette façon de jongler avec les situations jusqu’à l’absurde fait affleurer une douce ironie. En Italie, elle se forme auprès d’artistes tels que Roberto Castello, Rafaella Giordano avec qui elle collabore rapidement. En tant qu’interprète on la verra aussi travailler avec Jean-Claude Gallotta, Giorgio Rossi, Georges Lavaudant, ou Antonio Tagliarini. A la fin des années 90, elle crée des pièces en collaboration avec d’autres auteurs puis termine un doctorat sur la danse contemporaine (2004) avant d’enseigner l’histoire de la danse à Milan. 
De 2004 et 2009, elle axe ses recherches chorégraphiques sur des soli qu’elle interprète : EDA-solo, Merce, Informazioni Utili, Altro piccolo progetto domestico, Maglie, avant de passer à des pièces de groupe : Passo (2010) en version duo puis quintet, A Posto (2011), trio féminin et John (2012). Avec sa compagnie EDA, qu’elle crée en 2012 à Besançon, elle chorégraphie sa première pièce jeune public à partir du texte de Fabrice Melquiot, Nos amours bêtes (2013), qui sera suivie en 2016 de Quante Storie, projet du dispositif « Au pied de la lettre », qu’elle compose en miroir avec Loïc Touzé. En 2014 elle présente Aringa Rossa, pièce pour neuf danseurs à la Biennale de Lyon faite de portés, de duos, de tableaux recomposés. Après Pièces (2016), elle crée au festival 2017 d’Avignon Scena madre*, spectacle pour sept danseurs où elle joue des codes cinématographiques. 
Lorsqu’elle prend la direction du CCN de Nantes en janvier 2016, Ambra Senatore apporte dans ses bagages cette danse proche de l’humain, cette façon d’aller à la rencontre des personnes et des lieux. A Nantes comme ailleurs, elle propose des créations in situ dans les écoles (Petits pas et Pas au tableau) ou dans des lieux de patrimoine et musées (Promenade), imagine des rendez-vous - Primavera, Festival Trajectoires, chorégraphie les intermèdes dansés de l’opéra Cendrillon de Jules Massenet au Théâtre Graslin (Angers Nantes Opéra) et se lance dans des Conversations, dialogue ouvert avec la danse (2019) avec des personnalités et des habitants, pour comprendre comment la danse peut se glisser dans les grands débats de notre société contemporaine. 
En 2018, elle co-écrit avec le chorégraphe Marc Lacourt, Giro di pista, bal participatif pour les enfants et les familles puis le duo, Il nous faudrait un secrétaire, 2021. En parallèle, elle crée en 2020, Partita, série de duos pour un danseur et un musicien live et invite l’équipe originelle de sa pièce Passo à s’investir dans Création 2023

Séances et tarifs

Génerique

Chorégraphie : Ambra Senatore • Sur scène : Youness Aboulakoul, Pauline Bigot, Pieradolfo Ciulli, Matthieu Coulon Faudemer, Lee Davern, Olimpia Fortuni, Chandra Grangean, Romual Kabore, Alice Lada, Antoine Roux-Briffaud, Marie Rual, Ambra Senatore • Assistante : Andrea Moufounda • Musique Originale : Jonathan Seilman • Lumières : Fausto Bonvini


Production : CCN de Nantes • Coproduction : Le Théâtre, Scène Nationale de Saint-Nazaire, Théâtre de la Ville de Paris

On vous suggère