du 17 au 18 novembre 2022

Théâtre Danse

BôPEUPL [Nouvelles du parc humain]

Michel Schweizer - Artiste de la Bande

Cie La Coma

Frédéric Desmesure
Frédéric Desmesure
Frédéric Desmesure
Frédéric Desmesure

Présentation

Un spectacle signé Michel Schweizer, c’est d’abord une méthode : (r)assembler une micro-communauté, créer des interactions et des expérimentations entre ses personnages témoins. Le casting et le propos sont ensuite nourris de réflexions existentielles, saupoudrés de fraîcheur de ton et relevés d’humour au deuxième degré... 

L’échantillon humain se compose, ici, de six individus qui représentent, à priori, tout ce qu’un collectif peut compter de natures propres et de postures sociales singulières. Baptisés "les nouveaux ignorants", les membres de ce sextuor - qui n’avaient aucune raison de se rencontrer - sont invités à interagir ensemble. À se tenir à bonne distance des conventions et artifices pour renouveler le concept d’humanisme. Au final, cet assemblage atypique, ce fragment d’humain, nous livre le combat d’une humanité aux prises avec sa fragilité. C’est beau, philosophique, insaisissable et, avec Michel Schweizer forcément un peu déroutant... 
 


Note d'intention 
La nécessité de ce nouveau projet se nourrit des analyses et des constats que porte le philosophe Dominique Quessada sur les mutations qui touchent notre relation à l’autre et l’ambivalence de notre situation contemporaine : constater l’évidence grandissante de notre séparation avec l’autre et l’urgente nécessité d’admettre que nous sommes inséparés. La globalisation et l’interconnexion des phénomènes économiques sont les témoins les plus probant de ce régime d’interdépendance et d’interrelation généralisée dans lequel nous évoluons. Car nous sommes désormais liés par une fraternité d’existence et de solidarité forcées dit Dominique Quessada dans Habiter l’inséparation. Que d’un avenir apaisé et rassurant dépendrait de notre capacité à intégrer de façon urgente cette notion d’inséparé… 
BÔPEUPL sera donc la réunion de présences augmentées, sujets qui pourraient se définir par une posture sociale singulière, associée à un savoir-faire lié aux champs disciplinaires relevant du domaine de l’art et d’une maturité nourrie d’une somme d’expériences partageables… Faire le choix alors d’inviter des personnalités susceptibles de constituer un modèle communautaire qui restaure, durant un temps donné, l’intérêt que nous procure la manifestation aiguë du vivant. Celle-ci sera incarnée par une diversité humaine qui œuvrera à révéler ce qui manque parfois à notre présence au monde : les preuves d’un humanisme vital. 


Biographie
Michel Schweizer
n’est pas diplômé en biologie moléculaire. Ne cherche pas à « susurrer la danse à l’oreille ». Ne l’a jamais étudiée à Berlin, Paris ou New-York. Ne l’a pas pour autant découverte l’âge de quatre ans. N’a toujours pas engagé de Plan d’Épargne Logement. Ne refuse pas la rencontre. N’a pas eu la chance d’apprécier l’évidence de la première fois. Ne saurait envisager son activité sans une profonde méfiance. Ne pourrait trouver d’autre mot pour définir ce qu’elle lui occasionne : du luxe. N’a toujours pas eu l’occasion de sourire de son prochain investissement : un costume Slim Fit Hugo Boss. Ni celle de réagir à sa paradoxale acclimatation au dehors. N’a toujours pas relu tout Deleuze. N’a pas la prétention de dire qu’il se trouve prétentieux. Ne travaille pas à « faire vibrer son sacrum ». Ne suppose pas la production sans ce(ux) qui la génère(nt) et l’autorise(nt). N’a pas lu La vie sexuelle de Catherine M… Ne feuillette que très rarement Les Échos ou La Tribune pour les pages publicitaires ou offres d’emploi. Regrette de ne pas avoir pu faire des études d’architecture, d’éthologie, de science du langage ou de design. Il profite de l’enchantement que lui procure son appartenance à la classe créative de ce pays. Progressant dans l’âge se surprend à avoir un sens plus aigu de la trajectoire humaine. A abandonné tout hédonisme et égocentrisme ludique et accepté l’exubérance déclinante de ces capacités cérébrales. Absorbe chaque matin 4 grammes de Sélénium-protection cellulaire-ACE Optimum 50 + parce que l’âge n’est pas une fatalité. Évite de penser que 7000 litres de sang circulent quotidiennement dans son cœur. Évite aussi de penser que son « profil » se dessine désormais en algorithmes. N’a pas entrepris d’audit pour évaluer sa réputation numérique. Éprouve un certain appétit à expérimenter les « choses » dont il se sent incapable… Depuis plus de 25 ans, il convoque et organise des communautés provisoires. S’applique à en mesurer les degrés d’épuisement. Ordonne une partition au plus près du réel. Se joue des limites et enjeux relationnels qu’entretiennent l’art, le politique et l’économie. Porte un regard caustique sur la marchandisation de l’individu et du langage. Se pose surtout en organisateur. Provoque la rencontre. Nous invite à partager une expérience dont le bénéfice dépendrait de notre capacité à accueillir l’autre, à lui accorder une place. Cela présupposant ceci : être capable de cultiver la perte plutôt que l’avoir…


Voir, écouter et lire

17 octobre 2021

Iogazette.fr

Ce qui est magnifique dans le travail de Michel Schweizer, c’est cette fragilité perpétuelle qui peut, à n’importe quel moment, tout faire basculer mais qui, soir après soir, conduit les interprètes à se connaître chaque fois un peu plus. L’interaction de ces êtres n’est pas le reflet exsangue d’une rencontre passée, historicisée, mais bien une découverte renouvelée de ce qu’est l’autre.

Séances et tarifs

Autour du spectacle

Rencontre à l’issue de la représentation du jeudi 17 novembre

Génerique

Conception et direction : Michel Schweizer • Avec la collaboration de : Aliénor Bartelmé, Patrick Bedel, Marco Berrettini, Jérôme Chaudière, Frank Micheletti, Frédéric Tavernini • Avec la participation du philosophe Dominique Quessada • Collaboration artistique : Cécile Broqua et Anne Kersting • Scénographie : Éric Blosse et Michel Schweizer • Travail vocal et musical : Dalila Khatir • Photographie : Ludovic Alussi, Antoine Herscher, Frédéric Desmesure • Création vidéo : Manuelle Blanc • Création lumière : Éric Blosse • Création sonore : Nicolas Barillot • Régie générale et suivi de construction décor : Jeff Yvenou • Régie son : Nicolas Barillot ou Sylvain Gaillard Régie • Lumière : Éric Blosse ou Vincent Bourgeau • Construction décor : Michel Petit Accompagnants : Johann Daunoy, Justine Olivereau, Gwendal Wolf • Direction de production : Nathalie Nilias • Administration de production : Élisa Miffurc 


Production : La Coma • Coproduction : Les 2 scènes, scène nationale de Besançon ; La Ménagerie de Verre ; Le Théâtre d’Arles scène conventionnée d’intérêt national, art et création – nouvelles écritures ; CCN de Nouvelle-Aquitaine en Pyrénées-Atlantiques – Malandain Ballet Biarritz I Scène nationale Carré-Colonnes/Bordeaux Métropole ; La Manufacture, CDCN Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux • La Rochelle ; L’Onde Théâtre, centre d’art, scène conventionnée pour la Danse, Vélizy-Villacoublay ; Espaces Pluriels, scène conventionnée danse, Pau ; OARA (Office Artistique Nouvelle-Aquitaine) ; Le ZEF, scène nationale de Marseille ; Centre national de danse contemporaine, Angers dans le cadre de l’Accueil Studio ; Centre chorégraphique national de Caen en Normandie dans le cadre d’une Bourse d’écriture • Accueil en résidence et soutien : Les 2 Scènes, scène nationale de Besançon I Centre national de danse contemporaine, Angers dans le cadre de l’Accueil Studio ; Théâtre de l’Oiseau-Mouche ; Centre Chorégraphique National Roubaix Hauts-de-France. • Résidence de reprise : Les 2 Scènes, scène nationale de Besançon ; LE ZEF - scène nationale de Marseille ; l’OARA (Office Artistique Nouvelle-Aquitaine) ; la DRAC Nouvelle-Aquitaine • La coma centre de profit est subventionnée au titre des compagnies chorégraphiques conventionnées par le ministère de la culture – DRAC Nouvelle-Aquitaine et par la Région Nouvelle-Aquitaine, le Département de la Gironde et la Ville de Bordeaux.

On vous suggère