Le 12 novembre 2021 à 20h

Danse

Répercussions

Ana Pérez

Compagnie Ana Pérez

Danse

NOW

Sébastien Ly

KERMAN

© Alain Scherer
© Alain Scherer
© Sem Brundu
© Sem Brundu
© Sem Brundu

Présentation

Répercussions
« Laisser mes pieds jouer la musique de mon intimité ». Ana Pérez, née en 1991 à Marseille, se lance avec Répercussions dans une quête vers l’émancipation, en investissant son instrument, le pied, d’une puissance inédite. Seule en scène, mais accompagnée par Andrés Marin dans l’écriture chorégraphique, elle ausculte les gestes inscrits dans son corps par la pratique du Flamenco dès le plus jeune âge, et fait chanceler les normes de la virtuosité. Peu à peu, elle reprend possession de sa danse, libère ses mouvements de toute contrainte, concentre en elle les techniques apprises pour mieux se projeter vers une dimension qui lui est propre. Une création expérimentale qui, des palmas espagnoles aux breakbeats du trip-hop, explore des perspectives rythmiques variées pour donner naissance à une danse habitée et profondément singulière.


NOW
NOW est une volte-face dans le travail du chorégraphe. Un engagement, une urgence, une prise de conscience : comment habiter le monde en embrassant pleinement les défis contemporains, parmi lesquels le changement climatique et la crise migratoire ?
Ce solo frontal, de Sébastien Ly, est une affirmation de soi face au monde. Une danse d’une grande intensité, claire et incisive, puisant dans la gestuelle de la revendication, de l’espoir et de l’action. Les grandes figures de la révolte, parmi lesquels Martin Luther King, Gandhi, Rosa Parks, les Femen viennent nourrir et incarner le mouvement de ce corps qui se pare au combat, pour affirmer l’urgence d’une réponse sans appel : c’est maintenant, c’est tout de suite, c’est NOW.


NOTES D'INTENTION

Répercussions
Mes pas viennent du Flamenco, mon métissage me rappelle d'où je viens et mes goûts sont tout simplement le reflet de ma génération... Aujourd'hui ma danse n'appartient plus à un mouvement précis, et je ressens le besoin de me défaire des étiquettes réductrices. Me libérer pour me trouver enfin... En créant, je m'autorise à explorer mon métissage culturel et génétique à mi-chemin entre le Cap vert et l’Espagne, pour faire jaillir un langage, le mien.
Ana Pérez

NOW, une écriture chorégraphique sous tension 
NOW n’est ni une situation imaginaire, ni une abstraction, c’est un discours de révolte et de colère : clair et incisif. La danse d’une grande densité est adressée frontalement. Articulée, elle cherche à convaincre. Elle n’est ni une rêverie ni la danse d’un homme perdu dans ses pensées, mais de quelqu’un qui cherche à fédérer et faire adhérer. Comme dans un discours où chaque mot est pesé et la prosodie soignée, l’écriture du mouvement et le rythme sont d’une grande précision. 
Le passage d’un mouvement à un autre s’effectue par la tension musculaire, la pression sur une autre partie du corps ou dans le sol. Tension et pression deviennent  sources  de  création. Le mouvement s’appuie sur la force de gravité pour générer accélération et puissance. C’est un corps sans cesse en alerte, dressé, face aux spectateurs, seul et prêt à faire groupe, à entraîner. NOW donne à voir tour à tour une révolte latente, sourde, violente, éclatante, silencieuse, dévastatrice. La chorégraphie puise dans la gestuelle de la revendication et du refus, de l’espoir et de l’action. Les grandes figures de la révolte, parmi lesquels Martin Luther King, Gandhi, Rosa Parks, les Femen viennent nourrir le mouvement du corps en révolte qui même s’il reste silencieux devient alors porte-parole.
Sébastien Ly

 


BIOGRAPHIES


C’est à l’âge de 3 ans qu’Ana Pérez met ses premières chaussures de flamenco. Fille du chorégraphe contemporain Patrick Servius et de Maria Pérez danseuse de flamenco et directrice du centre Solea, Ana grandira sous l’influence de ces deux modèles. Après sa formation au sein du groupe Grenade de Josette Baïz, elle étudiera auprès des plus grands maîtres du flamenco tels que Pilar Ortega, Adela Campallo ou Andrés Marin à Séville, berceau de cet art traditionnel, où elle vivra pendant huit ans. Très vite elle intègre les tablaos les plus prestigieux d’Espagne, la Compagnie de Cristina Hoyos et la compagnie flamenco vivo de Luis de la Carrasca avec qui elle parcourt le monde. En 2017, Ana revient dans sa ville natale à Marseille et crée sa propre compagnie. Elle entame alors un travail de recherche avec la création du solo Répercussions ce qui l'amènera à explorer une approche plus contemporaine de sa danse.
Aujourd'hui elle poursuit ses expérimentations en allant toujours plus loin dans le champ des possibles que lui propose sa gestuelle si singulière. Son sens du rythme et la sonorité délicate de ses pieds en font également une musicienne virtuose.

 

Après des études d’économétrie, Sébastien Ly se forme au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers. Au Centre Chorégraphique National de Nantes il participe à la création du Festin chorégraphié par Claude Brumachon. Il rejoint ensuite à Londres Punchdrunk Theatrical Experiences où il explore un travail in situ en relation directe avec le public. De retour en France il danse pour Béatrice Massin, Martha Rodezno. En 2005, Sébastien Ly crée la compagnie Kerman. Il y questionne le rapport au public, cherchant à installer une relation intime avec chacun des spectateurs. Les spectacles in situ (Lectures dansées, Au-delà de l’absence) lui donnent l’occasion de mettre en place des propositions sur des temps longs pouvant aller jusqu’à 3h, alternant adresses collective et individuelle. Il déploie son travail sous formes de cycles : Le corps parcellaire en 2013 (C2I, Déclarations dansées, Outremer) Les mémoires vivantes en 2016 (Au-delà de l’absence, Aux Portes de l’oubli) et aujourd’hui Habiter le monde. Au cours du processus de création il produit photos, dessins et textes, régulièrement publiés aux éditions Carnets-livres et co-réalise des courts-métrages dont Appendice, en 2017 avec Thierry Thieu Niang.
En 2017, il fonde Krossing Over Arts Festival à Ho Chi Minh-Ville, plateforme pour la création
contemporaine vietnamienne.

Génerique

Répercussions
Chorégraphie et interprétation : Ana Pérez • Accompagnement chorégraphique : Andrés Marín, Christian Ben Aïm • Regards extérieurs : Patrick Servius, Patricia Guannel • Environnement sonore : Aurélien Dalmasso • Création lumière : Damien Gandolfo • Guitare : Manuel Gomez • Chant : Luis de la Carrasca extrait du spectacle "Homenaje" • Voix Off : Patrick Servius, extrait du livre "La terre qui vous manque" • Aide à la composition musicale : Jérôme Boudin-Clauzel • Costume : Virginie Breger 

Production : Association Miscea Danse • Coproduction : CDCN de Guyanne - Touka danses, Association Solea, Arts et Musiques en Provence • Avec le soutien de : Klap Maison pour la danse à Marseille, CDCN du Val-de-Marne - La briqueterie, CCN de Roubaix - ballet du Nord, l'Astronef et le Pôle 164 • Accompagné par l’Arcade • Remerciements aux élèves du centre Solea


NOW
Chorégraphie et danse : Sébastien Ly • Musique : Loïc Guénin • Lumières : Françoise Michel • Collaboration artistique : Clara Chabalier • Administration : Saül Dovin 
 
Coproduction : Le ZEF - scène nationale de Marseille, KLAP Maison pour la danse, Système Castafiore, Arsud • Soutien : VIADANSE – Centre chorégraphique national de Bourgogne Franche-Comté à Belfort, L'Institut français de Berlin, Théâtre Intercommunal Le Forum à Fréjus, Conservatoire à rayonnement intercommunal de danse Val-de-Bièvre Villejuif • Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Région Sud, du Département du Var et de la Ville de Toulon 

On vous suggère