du 14 au 15 octobre 2021

Théâtre

Mémoires invisibles ou la part manquante

Paul Nguyen

Collectif La Palmera

© Damien Richard
© Damien Richard
© Paul Nguyen

Présentation

Comment se construire, partagé entre deux cultures ? Quels sont les secrets qui, au sein d’une famille, nous relient ou nous éloignent ? Menant une enquête très personnelle sur sa double culture franco-vietnamienne, Paul Nguyen évoque sur scène les recherches qu'il a mené autour de ses origines. Sur son chemin, il fait la rencontre de Brigitte Macadré, auteure et elle-même d'ascendance vietnamienne. Ensemble, ils puisent dans la matière riche de leur relation : conversations, mails, sms, journal de bord, interviews et scènes de fiction issues de leur imagination. Ces récits à tiroirs tissent la trame d'une quête de soi, partagée entre la transmission familiale et les non-dits qui l'accompagnent. Mêlant anecdotes, chansons et photos d’archive, ce spectacle-témoignage est une invitation à questionner la construction de nos identités plurielles, et à plonger dans les méandres de notre histoire personnelle (commune), entrelacée dans l'Histoire, avec en fil d'ariane l'Indochine et la décolonisation. Une plongée haletante dans les espaces vacants et les silences de la décolonisation, qui floute brillamment la frontière entre fiction et autobiographie pour illustrer la difficulté de se construire sur les débris d’une mémoire incomplète.


NOTE D'INTENTION

“Mais à part ça, le silence”…
La question des origines m'a toujours habité. Enfant, j'étais en permanence confronté à ces notions de "différence" et "d'étranger". Sans doute parce que la part asiatique de mon héritage franco-vietnamien, celle de "là-bas", était la plus visible. Dans ma famille on partageait pourtant très peu de choses sur ce qui avait précédé l’arrivée en France. Les seuls récits dont je disposais étaient ceux de ma grand-mère, conteuse hors-pair, qui magnifiait toutes ses histoires et les transformait en véritables romans d’aventures, à sa façon et comme ça lui convenait. Mais à part ça, le silence. La question est restée en suspens de nombreuses années et flottait autour de moi, comme une ombre hésitante ; jusqu’au jour où elle a pris trop de place.


”un immense puzzle”…
J'ai donc commencé à me pencher sérieusement sur le sujet. J'ai d'abord ouvert des livres, j'ai visionné des films. J'ai ensuite posé des questions à ma grand-mère et à ma famille pour qu’ils me racontent notre histoire ; Mais tout, quand ils acceptaient de me répondre, était parcellaire, incomplet… C’était comme un immense puzzle impossible à terminer, il manquait toujours des pièces.  Puis peu à peu, mon intérêt s'est centré sur mon grand-père, décédé trois ans plus tôt et que j'avais peu connu. Tour à tour dépeint comme un fils de prince, agent de renseignement pour le gouvernement français, espion retors pour la CIA, homme à femmes et grand seigneur, son histoire semblait traduire à elle seule les rapports complexes de cette époque. Mes recherches prenaient soudain le tour d'une enquête passionnante. Je n’allais pas être déçu.
Dans le même temps, je rencontrais Brigitte Macadré, auteure et elle aussi de père vietnamien. Elle avait déjà effectué un bout de trajet sur cette question de la transmission, mais elle trouvait passionnante l’idée de suivre ma quête. Brigitte est peu à peu devenue le contrepoint de mes interrogations et nous n'avons pas cessé d’échanger depuis lors.


“Français avec une tête d’Asiatique”…
Piétinant dans mon enquête, ne trouvant aucune vérité sur mon aïeul, ni en France ni aux États-Unis où résidait une partie de ma famille, il fallait donc aller plus loin. Aller à la racine. Je me rendis donc au Vietnam, imaginant cette étape comme la clef ultime qui allait ouvrir l'armoire secrète de mon identité incomprise. Une fois sur place, je me trouvais désœuvré : Non seulement je n'avais aucune famille à qui m'adresser, mais les maigres contacts que j'avais ne se révélèrent guère utiles. Quant aux lieux officiels où j'aurais pu obtenir des réponses, ils m'étaient systématiquement défendus sans autorisation… parce que je n'étais pas Vietnamien !  
Je tentais alors de me fondre dans ce pays qui avait été l'objet de tant de non-dits. Mais cette immense terre fantasmée que je foulais des pieds se refusait à moi. Je me sentais plus étranger que jamais. Le Français avec une tête d'Asiatique soudain muet dans la langue de ses pairs. Je n'obtenais aucune réponse sur mon grand-père. Pas de happy end, mais des questions qui s'ajoutaient encore aux questions, comme une bande de terre s’étirant à l'infini. Privé de directions, égaré et fourbu, il me fallut rentrer.


Paul Nguyen


BIOGRAPHIE

Paul Nguyen Formé comme comédien à l’Ecole Claude Mathieu. Au théâtre, il joue dans : La Mouette de Anton Tchékhov mise en scène par Jean Bellorini et Marie Ballet (Paris, Versailles, 2003-2004) ; Le Bac à Sable de Kên Higelin, m.e.s de l’auteur (Ivry, tournée, 2004-2005) ; Horace de Corneille m.e.s par Naidra Ayadi (Paris, tournée France et Belgique, 2008-2011) ; Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector qui est mort d’après Racine, Collectif la Palmera (Paris, tournée 2012-2017) ; Le Dragon d’Evguéni Schwartz, m.e.s par Néry Catineau (2013) ; P’tite Souillure de Koffi Kwahulé m.e.s par Damien Dutrait et Nelson-Rafaell Madel (Fort-de-France, Avignon, 2013-2014) ; Poussière(s) m.e.s par Nelson-Rafaell Madel (Lanorville, Gap, Paris, 2017-2019), Miss Simone, m.e.s par Anne bouvier et Jina Djemba (2018) ; Les Ailes du désir, de Wim Wenders et Peter Handke, m.e.s par Marie Ballet (2019). Il met en scène Le Jeu de l’Amour et du Hasard de Marivaux (2013) et assiste Néry Catineau dans la mise en scène de Faÿas (2017-2018). En 2020, il joue dans Antigone et je suis sûr de plaire à ceux à qui je dois plaire avant tout, d’après les écrits de Sophocle, m.e.s par Nelson-Rafaell Madel, avec lequel il fait aussi la dramaturgie.

Séances et tarifs

Autour du spectacle

Jeudi 14 octobre

Rencontre à l’issue de la représentation

Génerique

Texte et mise en scène : Paul Nguyen • Jeu : Angélique Zaini, Quentin Raymond, Paul Nguyen • Collaboration à l'écriture : Brigitte Macadré-Nguyen • Collaboration à la mise en scène : Néry Catineau • Collaboration à la direction d'acteurs : Kên Higelin • Collaboration artistique : Nelson-Rafaell Madel, Celia Canning, Marine Combrade, Laurence Falzon, Denis Pégaz-Blanc, Ghislaine Herbéra • Chargée de production : Adeline Bodin • Diffusion : Olivier Talpaert - En votre compagnie


Production : Collectif La Palmera • Coproduction : LE ZEF - scène nationale de Marseille ; la Passerelle (Scène nationale de Gap) • Avec le soutien de la DRAC PACA et du du Monfort théâtre