Le 27 novembre 2021 à 20h30

Musique Cinéma

Glory and tears

Rayess Bek & Randa Mirza

© Célia Bonnin

Présentation

Rayess Bek est l’un des représentants majeurs de la musique urbaine du monde oriental. Avec sa compatriote et artiste visuelle libanaise Randa Mirza, ils invitent à un voyage débridé en mixant en direct sur scène musiques et vidéos. L’un pioche dans les pépites musicales du patrimoine du monde arabe du Koweït, au Maroc, du Yémen, au Soudan en passant par l’Algérie, accompagné en live par l’oud électrique de Mehdi Haddab et les claviers hypnotiques de Julien Perraudeau. L’autre triture en direct des extraits de films de genre et de séries B cultes, comme cette Guerre des Étoiles arabe (Le Voyage dans la lune) ou encore un Dracula égyptien… Un quatuor irrésistible pour une performance hybride, qui balaie les préjugés dans une grande fête en hommage au glamour arabe et à ses icônes du siècle dernier.


BIOGRAPHIES

Rayess Bek est né à Nabatieh (Liban) en 1979, Wael Koudaih détient un master professionnel en Arts appliqués de l’Académie Libanaise des Beaux-Arts et un post diplôme de L’École Nationale
Supérieur des Art Déco de Paris) en art interactif. De 2000 à 2012, sous le pseudonyme de « Rayess Bek », Wael Koudaih devient l’un des représentants majeurs des musiques urbaines dans le monde arabe. Auteur, compositeur, interprète, il participe à des résidences d’écriture et de composition en Europe, aux Etats-Unis et au Moyen-Orient. À partir de 2012, Wael Koudaih se dirige vers une forme musicale plus performative notamment avec le concert narratif « Good Bye Schlondorff » diffusé dans de nombreux lieux comme le Centre Pompidou, Festival Banlieues Bleues et le HKW (Haus der Kulturen der Welt – Berlin), ou encore Love and Revenge, un concert visuel en duo avec la vidéaste Randa Mirza.
Il collabore sur des projets très variés, tel que « Hommage à Mahmoud Darwish » de Rodolphe Burger, « These Shoes are made for walking » danse contemporaine de Nancy Naous et « Ce qui nous regarde », théâtre documentaire de Myriam Marzouki ou encore « Nathan le Sage » mise en scène par Nicolas Stemann. Wael Koudaih est actuellement directeur de projet de l’atelier Espace et Communication à Académie Libanaise des Beaux-Arts, un atelier pluridisciplinaire visant à réunir différents départements / écoles autour d’un projet commun.

Randa Mirza est née à Beyrouth en 1978.une artiste visuelle travaillant principalement le medium photographique et la vidéo. Elle obtient en 2006 le prix No Limit aux Rencontres Photographiques d’Arles, un prix international qui récompense un photographe ou un artiste utilisant la photographie, qui par son travail, contribue à repousser les limites de l'expression photographique. Randa Mirza remet en question la notion d’identité : elle cherche à déconstruire et à questionner les représentations normées, genrées et orientalisantes en rendant visible les constructions symboliques, sociales et politiques actuelles. A travers son œuvre, Mirza interroge la nature des images et leurs utilisations sociales. Elle manipule l’image photographique pour révéler les discours inhérents à toutes représentations, à la frontière ténue entre fiction et réalité. Randa Mirza a exposé son travail en solo aux Rencontres d’Arles 2019, au Finish Museum of Photography (Finlande), à la galerie Sfeir-Semler (Hamburg), à la Galerie Tanit (Munich/Beyrouth) et au festival Photomed (Sanary-sur- mer/Beyrouth). Mirza a également participé à de nombreuses expositions collectives à La fondation Merz (Turin), au Witte de With (Rotterdam), au Zentrum fur Kunst und Medientechnologie - ZKM (Allemagne), au Winterthur museum (Swisse), à la galerie Kashya Hildebrand (Londres), à la galerie Isabelle van den Eynde (Dubai), au Beirut Art Center et au musée Sursock (Beyrouth). Mirza est représentée par la Galerie Tanit (Munich/Beyrouth)

Séances et tarifs

Génerique

Compositions, machines : Rayess Bek • Live video : Randa Mirza • Oud électrique : Mehdi Haddab • Claviers : Julien Perraudeau • Création lumière : Rima Ben Brahim • Ingénieur son : Ludovic Joyeux