Le 03 avril 2020 à 20h30

Danse

Soma

Reporté à la saison prochaine > 9 octobre 2020

Raphaëlle Delaunay - Cie Traces

Reporté à la saison prochaine > 9 octobre

© Herman Diephuis

Présentation

Quand une danseuse issue de l’Opéra de Paris, se pointe sur le plateau comme pour s’entraîner au fitness, c’est qu’il y a anguille sous roche... Une douce voix invite le public à respirer profondément, entrée en matière insolite dans ce spectacle sur le culte du corps. Avec un humour féroce, le vocabulaire du développement personnel et les témoignages d’adeptes du fitness, Raphaëlle Delaunay, nous immerge, avec subtilité, dans ce monde du tout contrôle. Le miroir aux alouettes reflètera un corps musclé et conquérant mais dévoilera également les fragilités de l'existence humaine. Une performance dansée et jouée, d’une grande physicalité, de soma à maso, il n’y a qu’un pas…


 

BIOGRAPHIE


Née le 29 juillet 1976 à Paris. Elève à l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris de 1986 à 1992. Rôles de demi-soliste et soliste jusqu’à son départ pour rejoindre le Tanztheater de Pina Bausch. À Wuppertal auprès de Pina Bausch, elle participe aux créations de la Compagnie ainsi qu’à la reprise du répertoire. Décide de rejoindre le Nederlands Dans Theater 1 dirigé par Jiri Kylian en 2001. Interprète le répertoire de la Compagnie, des pièces de Kylian, mais aussi de Paul Lighfoot, Yohan Inger, William Forsythe. La rencontre avec Alain Platel se fait autour du projet Wolf consacré à Mozart, qui tourne sur toutes les scènes européennes entre 2001 et 2004. Elle a également été l’interprète de Jérôme Bel, Boris Charmatz, Bernardo Montet, Alain Buffard, Richard Siegal, le collectif Peeping Tom, Laurent Chettouane...
Simultanément, elle développe son projet de Compagnie et signe ses premiers travaux en tant que chorégraphe : Jeux d’intentions et Vestis seront présentés au Théâtre National de Chaillot ainsi que dans de nombreux festivals en France et à l’étranger. Suivront d’autres pièces, qui creuseront le sillon des danses sociales avec Bitter Sugar, ou sur un registre plus intime avec Debout. Un aspect performatif de son travail est dévoilé́ dans les collaborations avec le musicien Jeff Mills, The Gateways (2014), les Nouveaux caractères, Chaconne (2015) ou bien en duo avec l’écrivain Sylvain Prud’homme, It’s a match (2017). Ses collaborations la mènent aussi du côté́ du théâtre et du texte avec Fréderic Fisbach, Mademoiselle Julie (2014), Jean-Christophe Saiz, L’Histoire du Soldat, ou Guillaume Vincent pour Le timbre d’argent à l’Opéra Comique.
Le travail de création s’incarne aussi par le prisme de la transmission et du partage auprès de publics aussi divers que variés dans différentes institutions en France et à l’étranger. Enseignement dans le cadre de la politique d’éducation artistique en milieu scolaire. Transmission auprès du corps enseignant. Professeur de danse classique non titulaire au CNSMDP depuis octobre 2018.

Voir, écouter et lire

21 juillet 2017

La Grande Parade

On aura rarement vu une performance de danse aussi drôle.

11 juillet 2017

Le Monde

Une déferlante d’énergie et un cardio d’enfer.

12 juillet 2017

Un Fauteuil pour l'Orchestre

La danse comme une libération explosive, jouissive.

Séances et tarifs

Autour du spectacle

Vendredi 3 avril 2020

Danse

Rencontre à l'issue de la représentation

Génerique

Concept et danse : Raphaëlle Delaunay • Son : Pierre Boscheron • Scénographie et lumières : Sylvie Garot • Regard extérieur : Herman Diephuis, Jacques Gamblin, Catherine Legrand • Régisseuse : Rima Ben-Brahim


Production : Compagnie Traces • Coproduction : Théâtre du Fil de l’eau – Pantin, Ville de Pantin, Théâtre Louis Aragon, scène conventionnée danse de Tremblay-en-France, Le Musée de la Danse/Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne, Dans le cadre de la mission Accueil-studio, LE CND, un centre d’art pour la danse, L’Espace 1789 – Saint-Ouen, DRAC Île-de-France dans le cadre de l’aide au projet, SPEDIDAM, Arcadi Île-de-France • Soutiens : Groupe des 20 théâtres en Île-de-France, TAP Poitiers