du 03 au 04 décembre 2019

Théâtre

La Gioia

Pippo Delbono

Emilia Romagna Teatro Fondazione - Cie Pippo Delbono

© Luca Del Pia
© Luca Del Pia
© Luca Del Pia
© Luca Del Pia
© Luca Del Pia

Présentation

La Gioia a la beauté absurde des quêtes improbables, dont la réussite est par avance compromise. Comment atteindre la joie ?

Dans cette pièce, Pippo Delbono, auteur, metteur en scène et comédien, figure majeure du théâtre contemporain, se lance dans la recherche improbable de cet état qui le fuit. On suit donc le guide à la voix envoûtante vers une plongée hallucinée dans son monde intérieur, habillé par les compositions florales de Thierry Boutemy, qui dressent un paysage aux allures de pays des merveilles. Là sont convoqués ses démons, qui débordent le plateau et arpentent la salle, mais aussi toute une galerie de compagnons de voyage. Un clown blanc, un chaman qui libère les âmes, une danseuse de tango mélancolique, et d’autres figures féeriques sont conviées sur tour à tour sur scène pour composer un poème surréaliste et désenchanté. Chacune de ces rencontres est l’occasion d’évoquer un aspect de ces moments de joie évanescents.

Pas de recette du bonheur, ni de solution définitive, mais une exhortation à la vie, à l’amour, et à l’expression exaltée des corps à travers les arts.

NOTE D'INTENTION
« J’ai décidé d’appeler ma nouvelle création La joie. Un mot qui me fait peur, qui m’évoque des images de "familles heureuses", d’"enfants heureux", de "paysages heureux". Tout mort, tout facile. J’ai été frappé par La mort d’Ivan Illitch de Tolstoï dans lequel le protagoniste, pendant ces derniers jours, se réconcilie avec toute son existence, même avec les moments les plus tristes et les plus gris de sa vie. Au début, j'avais donc pensé à ce titre : La mort joyeuse.
Je me souviens d’une fois quand, à Manille, je suis arrivé dans un endroit totalement immergé d’un dépotoir d’ordures où beaucoup de personnes vivaient. Ça sentait une insupportable odeur d’égout. Les poubelles étaient partout, il y avait aussi des rats, des oiseaux, des insectes. Je me souviens de certaines femmes qui faisaient tout là-dedans : elles lavaient leurs vêtements, elle se parfumaient et elles riaient entre elles. Et plus tard, je me souviens, à Vârânasî, en Inde, la ville où les indiens vont mourir, un groupe d’enfants s’approchaient sautillant ; ils riaient comme des animaux fous. Leurs pieds étaient gros, déformés, gonflés comme des ballons. Mais leurs visages, leurs yeux me parlaient d’un sens de vérité, de vitalité, de joie. »
Pippo Delbono


BIOGRAPHIE
Pippo Delbono, auteur dramatique, acteur, metteur en scène est né à Varazze (Ligurie) en 1959. Il commence sa formation théâtrale en suivant un parcours classique mais il se consacre ensuite, lors de séjours au Danemark, à l’étude du théâtre oriental, menant un travail rigoureux sur le corps et la voix. Par la suite, sur invitation de Pina Bausch, il se rend en Allemagne, ayant ainsi la possibilité de travailler avec cette grande chorégraphe. Au début des années 80 il fonde la Compagnia Pippo Delbono avec laquelle il met en scène presque tous ses spectacles, de Il tempo degli assassini (1987) à La Gioia (2018). Ses spectacles ne transposent pas sur scène des textes de théâtre mais sont des créations à part entière, réalisées avec un groupe d’acteurs dont le nombre n’a cessé de croître, au fil du temps. Sa recherche poétique subit un tournant décisif à la suite de la rencontre avec des personnes provenant de milieux en marge de la société : c’est ainsi que naît Barboni (1997). Certains des acteurs – dont Bobò, un sourd-muet rencontré dans l’asile psychiatrique de Aversa et qui en est sorti après 45 années d’internement – se sont affirmés au sein de la compagnie et sont désormais partie prenante du travail expérimental de Delbono. Ses spectacles ont pour la plupart été représentés dans plus de cinquante pays dans le monde entier, au sein de théâtres et de festivals. De nombreux théâtres parmi lesquels le Théâtre du Rond-Point de Paris ont consacré des rétrospectives à son oeuvre et coproduit ses spectacles les plus récents. Depuis plusieurs années, Pippo Delbono explore également le langage cinématographique. En 2003, après une tournée en Israël et en Palestine, il réalise le long métrage Guerra (Guerre), présenté à la Mostra del Cinema de Venise et qui remportera le prix David di Donatello du meilleur film documentaire. Son deuxième film, Grido (Le cri, 2006) a été présenté à la Festa del Cinema à Rome et a remporté le Prix pour la meilleur interprétation ex aequo entre Delbono et Bobò au Festival du Cinema du réel 2016 à Lecce (Italie). En 2009, il réalise le long métrage La paura (La peur), entièrement tourné avec un téléphone portable puis transféré sur pellicule par la Cineteca de Bologne et présenté au sein de la sélection officielle du Festival du Film de Locarno en 2009, dans le cadre d’une rétrospective consacrée à sa production cinématographique. En tant qu’acteur, Pippo Delbono a joué dans de nombreux films parmi lesquels Io sono l’amore de Luca Guadagnino (2009), Io e te de Bernardo Bertolucci (2012), Henri de Yolande Moreau (2013), Un château en Italie de Valeria Bruni-Tedeschi (2013), La ragazza del mondo de Marco Danieli (2016), Falchi de Toni D’Angelo (2017), Una famiglia de Sebastiano Riso (2017), Oltre la nebbia de Giuseppe Varlotta (2017) pour n'en citer que quelques uns. En 2018, le journaliste Gianni Manzella a publié le livre La possibilité de la joie aux Edizioni Clichy ; un dialogue sur le voyage entrepris par Delbono pendant ces vingt dernières années sous forme de contes et, en même temps, d’analyse concrète sur l’art de Pippo.

Voir, écouter et lire

Il Manifesto

Presqu’en un geste thérapeutique, Delbono convoque sur scène ce qu’il est certain de posséder, son unique refuge de certitude : son théâtre, avec son histoire et sa compagnie. Comme des lieux à redécouvrir. (...)

Gianni Manzella

10 mars 2018

Corriere della sera (Bologne)

Un moment intime d’émotion entre fleurs et clowns métaphysiques

Séances et tarifs

Autour du spectacle

Mardi 3 décembre 2020

Théâtre

Rencontre à l'issue de la représentation

Génerique

Avec : Dolly Albertin, Gianluca Ballarè, Margherita Clemente, Pippo Delbono, Ilaria Distante,  Simone Goggiano, Mario Intruglio, Nelson Lariccia, Gianni Parenti, Pepe Robledo, Grazia Spinella et avec la voix de Bobò • Composition florale : Thierry Boutemy • Musiques : Pippo Delbono, Antoine Bataille, Nicola Toscano et de compositeurs variés • Création lumières : Orlando Bolognesi • Régisseur :  Alejandro Zamora · Son : Matteo Braglia • Costumes : Elena Giampaoli • Chef machiniste : Enrico Zucchelli • Responsable de production : Alessandra Vinanti • Organisation : Silvia Cassanelli • Directeur technique : Fabio Sajiz • Administratrice de compagnie  : Laura Favero Fransos


Production : Emilia Romagna Teatro Fondazione - Teatro Nazionale, Théâtre de Liège, Le Manège Maubeuge - Scène Nationale • Photos : Luca Del Pia • Remerciements : Enrico Bagnoli, Jean Michel Ribes, Alessia Guidoboni assistante de Thierry Boutemy et le Théâtre de Liège pour les costumes et la diffusion des productions en francophonie • Création : 1er Mars 2018 Arena del Sole Bologna Sale De Berardinis