Le 12 octobre 2019 à 19h30

Cirque Musique

Carmen Opéra déplacé

Gilles Cailleau & Raoul Lay

Cie Attention Fragile - Ensemble Télémaque

© Vincent Beaume

Présentation

L’histoire de Carmen est aussi intemporelle que banale : un homme aime une femme qui ne l’aime plus, il la tue et les voisins s’en mêlent… Alors, quand Carmen, l’oiseau rebelle de l’amour, se met à lancer des couteaux sur son partenaire, c’est que le plus populaire des opéras s’ouvre au cirque. 

Sous l’impulsion du circassien Gilles Cailleau et du chef d’orchestre Raoul Lay, tout peut arriver ; apparaît alors sous nos yeux une femme coupée en deux à la scie musicale,soutenue par le fameux air du courage de Bizet. Et la réorchestration écrite par Raoul Lay pour l’occasion rend toute sa splendeur à l’œuvre musicale.

Mais le charme de cet Opéra déplacé est surtout d’être au cœur du quartier et le quartier au cœur du spectacle… Quarante habitants du Plan d’Aou viendront, en voisins de la Gare Franche, traverser et vivre ce moment, pour en faire une grande fête populaire où le tragi-comique et la passion nourrissent humour, convivialité et partage.

NOTE D’INTENTION
« À beaucoup écouter autour de moi, il me semble que ce dont les gens souffrent le plus aujourd’hui, c’est de ce que j’appellerais le sentiment périphérique : où qu’ils vivent, les gens se sentent relégués à la périphérie, ceux qui habitent en banlieue vis-à-vis du centre-ville, ceux des petites villes vis-à-vis des grandes, ceux des villages vis-à-vis des bourgs. C’est le complexe du rat des champs : quoi qu’on fasse et d’où qu’on soit, on s’estime à l’écart d’un ailleurs enviable. Ce n’est pas nouveau mais la vie moderne et ce qui l’accompagne, l’écart grandissant des inégalités ou la dictature des réseaux, démesurent ce sentiment.
Pour entailler les murs de cette fatalité, l’opéra peut être l’outil parfait, pour peu qu’on le déplace. C’est paradoxal, parce que l’opéra est par excellence, un objet artistique de centre-ville, mais si justement on déterritorialise l’opéra pour l’emmener aux périphéries, urbaines ou champêtres, si le chant lyrique se risque à habiter ailleurs, peut-être arrivera-t-on à fracturer ce sentiment de relégation.
Déplacer l’opéra... C’est au moins autant qu’un acte de création, un acte d’urbanisme artistique.
Mais ce n’est pas tout. Dans le projet de création qui est l’objet de ce dossier, ce n’est pas simplement un opéra qu’on déplace, c’est Carmen, et Carmen (pour le coup je parle du personnage) avant de nous fasciner est surtout, pardon d’être prosaïque, une jeune femme mal vue dans son quartier. J’ai bien peur que les filles dont on pourrait dire – elle fait sa Carmen, comme on dit – il fait son œdipe (c’est le propre des archétypes de devenir des noms communs) s’attirent toujours les foudres des voisins et des voisines. Carmen est une fille de mauvaise vie et surtout, elle fait ce qu’elle veut. Plus encore que son impudeur, c’est sa liberté qui est indécente.
Avec Carmen, l’art lyrique et les personnages, autrement dit le matériau et le sujet de l’œuvre racontent la même histoire : comment se déplacer, comment faire le premier pas, s’apprivoiser, éprouver les limites de l’ailleurs, être l’autre, risquer de se brûler les ailes, apprendre de nos étrangetés communes...
Et on a intérêt à s’y mettre, car c’est l’histoire qui nous attend. »
Gilles Cailleau


GILLES CAILLEAU
Auteur, comédien et metteur en scène de la Compagnie Attention Fragile, il a notamment écrit et créé Le Tour complet du cœur (2002), Fournaise (2007), Thomas parle d’amour (2008), Gilles et Bérénice (2011), Tania’s Paradise (2012), Le Nouveau Monde (2017). Il a aussi enseigné au CNAC, à l’école du Nord et dans divers conservatoires et écoles de cirque. Ses créations sont systématiquement ouvertes aux publics lors des répétitions. Régulièrement, il monte des projets en direction des publics exclus des chemins traditionnels de la culture (ZUS, lycées pilotes...) Il fonde l’école Fragile à La Valette du Var en 2015.
 
RAOUL LAY
Chef d’orchestre et compositeur, directeur de l’Ensemble Télémaque, il partage son temps entre l'écriture musicale, la direction d'orchestre et la production d'œuvres originales dans lesquelles la musique rencontre le cirque, la danse ou le théâtre. 
Olivier Py, le cirque Plume, Nathalie Pernette, Anne-Laure Liégeois et Catherine Marnas comptent parmi ses partenaires de création. En 2013, il ouvre le PIC, lieu d'accueil et de résidence pour les musiques à Marseille. En 2016 il est élu président de Futurs Composés, le réseau national de la création musicale. En 2019 il est nommé directeur du Philharmonique National de Malte. Il a dirigé l'ensemble Télémaque dans plus de 15 pays.

Séances et tarifs

Génerique

Metteur en scène et adaptation : Gilles Cailleau • Réinterprétation et direction musicale : Raoul Lay • Accompagnement groupes : Patricia Vignoli • Musiciens(nes) : Charlotte Campana (flûte), Linda Amrani (clarinette), Gérard Occello (trompette), Christian Bini (percussions 1), Jean-Florent Gabriel (violoncelle), Pierre Quiriny (percussions 2) • Chanteurs(ses) : Angelo Citriniti, Benoît Gadel, Marie Pons, Sophie Chabert • Costumes : Virginie Breger • Ingénieur son : Loris Bini • Régisseur général : Thibaut Boislève


Production : Production Attention Fragile / Ensemble Télémaque • Coproduction : Théâtres en Dracénie scène conventionnée dès l'enfance de Draguignan, Pôle des Arts de la Scène Marseille, Les Salins scène nationale de Martigues, Théâtre des Quatre Saisons Gradignan, Théâtre Massalia scène conventionnée d'intérêt général art, enfance, jeunesse • Soutiens en résidence : Soutiens en résidence : Le Merlan scène nationale de Marseille - La Gare Franche · La compagnie Attention Fragile est conventionnée avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur et soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département du Var et Toulon - Provence Méditerranée.