Le 08 février 2020 à 20h30

Musique

Mélissa Laveaux

Radyo Siwel

© Romain Staropoli

Présentation

Il suffit d’un couplet et de quelques mesures pour s’enivrer de la pop chaloupée et ondoyante de Mélissa Laveaux…

Originaire du Canada, la chanteuse et musicienne sait pourtant que ses racines et son histoire se trouvent ailleurs : en Haïti. Cette terre, celle de ses parents, habite sa chair.
Après y être retournée en voyage, Mélissa en a rapporté des sons, des ambiances et des histoires de temps évanouis mais jamais révolus… comme autant de preuves qui ont accompagné la longue et tortueuse histoire d’Haïti.
Ainsi est né Radyo Siwèl, son premier album chanté uniquement en créole. Une création à partir de bribes, de phrases, d’airs anciens, d’hymnes vaudous, assemblés comme un patchwork identitaire au gré de l’imaginaire de Mélissa.
Dans les oscillations folk et blues de ces mélodies aussi somptueuses qu’entrainantes subsistent une force invincible, une volonté impérieuse de résistance.

Un concert plus que prometteur pour découvrir cet album généreux.

RADYO SIWÈL
Originaire d’Haïti, élevée au Canada et vivant à Paris, Mélissa Laveaux est riche d’influences multiples : après deux albums qui naviguaient entre folk langoureuse et pop percutante, elle célèbre aujourd’hui ses racines créoles dans Radyo Siwèl, un album qui explore et revisite le répertoire traditionnel haïtien fait de chants populaires, de cantiques pastoraux et d’hymnes solennels appartenant aux cultes vaudous et chrétiens, de “mereng” et de “Bann Grenn Siwèl” ces orchestres de rue tout en cuivres et percussions, auxquels Mélissa mêle la modernité pop et rock indé qu’on lui connait, pour un résultat lourd et percussif !

Radyo Siwèl est une plongée musicale et historique dans les racines de la chanteuse. La première voix qu’elle entend sur un tourne-disque est celle de Martha Jean-Claude, qui chante depuis Cuba, des chansons datant d’une ère moins connue de l’histoire haïtienne – celle de l’Occupation américaine de 1914-1935. En grattant un peu, elle apprend que Martha emprunte ces chants à Emerante de Pradines et son père Kandjo, ainsi que des musiciens classiques Frantz Casséus et Ludovic Lamothe. Ceux-ci ont contribué à l’établissement d’un riche répertoire de musiques folkloriques revendiquant le retour à l’indépendance du pays, célébrant la beauté de l’héritage culturel haïtien et critiquant la violence de la présence militaire américaine qui utilise la propagande pour justifier sa maltraitance des Haïtiens qu’ils diabolisent tout en les soumettant à une corvée.

Avec son timbre de voix unique, juvénile et sensuel à la fois, Mélissa Laveaux nous rappelle que la musique est un symbole de résistance pour les colonisé-e-s, un cri de ralliement, un moyen d’exister. Elle nous fait découvrir à travers sa musique un petit pays à l’histoire complexe et à l’identité musicale plurielle, entre esclavagisme colonial, culture vaudou et mélanges ethniques.

Voir, écouter et lire

Clip Angeli-ko

France Inter

4 octobre 2019

FIP

Rythmes caribéens entremêlés à une pop groove irrésistible, atmosphères mystérieuses et mélodies entêtantes, c'est ainsi que la chanteuse et compositrice originaire d’Haïti Mélissa Laveaux réinvente sa folk contemporaine et universelle.

7 mai 2018

Longueur d'ondes

Comme peu d’artistes, cette musicienne combine la richesse d’une quête personnelle avec des albums profondément généreux.

6 février 2018

Télérama

Une chanteuse au feeling dingue [...] toujours plus singulière, toujours plus irrésistible 

12 février 2018

Libération

Radyo Siwèl, un disque de soul pop haute couture

Janvier 2018

Rolling Stones

C’est beau, relevé, sentimental ou euphorique, exotique sans cliché, bref réussi 

2 février 2018

Elle

Un bijou de folk chaloupé et lumineux

Florence Trédez

Séances et tarifs

Génerique

Guitare, voix : Mélissa Laveaux • Basse : Sébastien Richelieu • Batterie : Raphael Allain