Reporté à la saison prochaine » Linda Blanchet" >

Le 04 décembre 2020 à 20h30

Théâtre

Killing Robots Reporté à la saison prochaine

Linda Blanchet

Cie Hanna R

© Olwenn Zwer
© Olwenn Zwer
© Olwenn Zwer
© Olwenn Zwer
© Olwenn Zwer

Présentation

HitchBot est un robot auto-stoppeur créé par un laboratoire canadien en 2014, pour étudier les interactions entre les hommes et les machines. Il a la taille d’un enfant de six ans ; il a été fabriqué avec des matériaux simples pour ne pas tenter les voleurs : ses bras et ses jambes sont des frites de piscine ; il communique grâce à une intelligence artificielle, une reconnaissance vocale lui permettant de comprendre ce qu’on lui dit, d’avoir une conversation simple ; il prend des photos toutes les vingt minutes. Après avoir parcouru le Canada d’Est en Ouest, soit 10.000 km en 26 jours, il a été retrouvé démembré à Philadelphie… Qui a tué HitchBot, et pourquoi ?

Entre fiction et documentaire, Killing Robots est une enquête sur le premier “roboticide” de l’histoire. À partir des photographies prises par la victime, trois comédiens, le musicien Mike Ladd ainsi qu’un robot conçu pour la scène, partent sur les traces des derniers jours de HitchBot. Que s’est-il passé entre les humains et ce petit personnage bricolé ? Quelle place a–t-il occupé dans les salles à manger, dans les chambres et salles de bain ? Comment peut-on s’attacher et développer une relation intime avec une machine qui simule ? On se délecte devant les hypothèses qui se succèdent, plausibles ou extravagantes, et, alors que l’écriture de Linda Blanchet joue habilement des échanges avec l’intelligence artificielle, le plateau se fait le lieu d’une plongée délirante et profondément juste dans les recoins de la conscience humaine.


Note d’intention 


« J’aime partir d’une enquête pour écrire un spectacle. C’est comme une aventure, on ne sait pas exactement ce qu’on va y trouver. Ce n’est pas une expérience scientifique, je ne teste aucune hypothèse. Je pars avec pour seule supposition que cette enquête est porteuse de questionnements
passionnants. Pour notre dernier spectacle,
Le voyage de Miriam Frisch, nous suivions les pas d’une allemande partie sept semaines en kibboutz pour se réappropier son histoire. Cette fois-ci, le processus est un peu différent : il s’agit d’un robot et nous ne pouvons partir que des témoignages de ceux qui l’ont croisé puisque HitchBot n’existe plus. Comme pour une enquête criminelle, nous devons reconstituer son parcours. Enquêter sur HitchBot, c’est reconstituer l’identité d’un être artificiel à partir des témoignages de ceux qui l’ont croisé, redonner à cet artefact une histoire qui peut être racontée par les autres et par l’oeil de sa caméra.»


Linda Blanchet

 


 

Biographie


Linda Blanchet a obtenu un Master de l'Université de Berkeley (Californie) et un Master 2 de mise en scène et dramaturgie de l’Université de Nanterre. Elle intègre en 2018 l’atelier documentaire de la FEMIS. Depuis 2019, elle fait partie des artistes de la Ruche au ZEF - Scène nationale de Marseille et est en résidence à la Joliette.
En 2007, elle fonde la Compagnie Hanna R et mène une recherche sur les écritures contemporaines. Elle s’intéresse à l’autofiction et au récit de soi au théâtre. Ses projets utilisent souvent des matériaux documentaires et brouillent la frontière entre fiction et réalité.
Linda Blanchet a en particulier fait la création française de Personne ne voit la vidéo de Martin Crimp en 2008 (Théâtre National de Nice (TNN) et La Criée - Théâtre national de Marseille). Elle adapte librement pour la scène le roman de Patrick Modiano, Rue des boutiques obscures, dans L’homme des plages (TNN, CDN du Limousin). En 2014, elle crée Un homme qui dort d’après Georges Perec. En 2017, elle dirige et coécrit Le voyage de Miriam Frisch joué une soixantaine de fois en France et à l’étranger.
Linda Blanchet met également en scène plusieurs spectacles jeune public (Le Carnaval des animaux sud-américain avec l’ensemble Alma Viva au Théâtre Dunois à Paris, Swing Café, commande de la ville de Boulogne-Billancourt avec l’orchestre de jazz du Conservatoire).
Assistante et collaboratrice artistique sur des pièces de théâtre et opéras auprès de plusieurs metteurs en scène, elle collabore depuis 2013 avec David Lescot (Les glaciers grondants, Les Ondes magnétiques, Une femme se déplace…).
Elle est régulièrement chargée de cours en histoire de la mise en scène, analyse dramaturgique et pratique théâtrale (Université de Nanterre, Université de Paris 8, Université de Nice).

Voir, écouter et lire

8 novembre 2019

Nice Matin

Le parti pris est très intéressant. Les acteurs jonglent avec les casquettes d’enquêteurs et témoins. Décortiquent l’enquête. Comme si le public participait. On rit, sourit, se concentre pour suivre le périple du petit robot parlant. On selaisse porter par le rap US de Mike Ladd.

La Terrasse

Avec ce nouvel opus, la compagnie, soutenue par le Théâtre national de Nice depuis plusieurs spectacles, confirme son engagement, sa ténacité et son exigence, qui brouille les frontières entre fiction et réalité, et interroge avec talent la relation de l’homme au monde.

Agnès Santi

Sceneweb

Qui a tué Hitchbot ? La question, heureusement, restera sans réponse. Plus ou moins plausibles, toutes les hypothèses formulées par les comédiens se mêlent en un délire interprétatif qui n’est pas sans faire penser au célèbre roman policier d’Agatha Christie. Relatant un acte de violence gratuit envers un robot, Linda Blanchet fait planer une ombre de culpabilité sur la scène qui ouvre la voie à la réflexion et à l’imaginaire.

Séances et tarifs

Autour du spectacle

Jeudi 3 décembre

Théâtre

Rencontre à l’issue de la représentation

Génerique

Conception et écriture sous la direction de : Linda Blanchet • Avec : Calypso Baquey, Mike Ladd, Mathieu Montanier, Angélique Zaini, le robot HitchBot 2 • Composition musique : Mike Ladd • Scénographie : Bénédicte Jolys • Lumière : Arnaud Godest • Vidéo : Elodie Ferré • Collaborations artistiques : Ariane Boumendil, Gabor Rassov • Concepteurs de hitchBot et conseillers scientifiques : Dr Frauke Zeller et Dr David Harris Smith • Robotique : Le robot est développé en collaboration avec l’équipe Héphaïstos de l’INRIA Sophia-Antipolis (sous la direction de Jean-Pierre Merlet) • Intelligence artificielle : Gunther Cox et Dr David Smith • Conseil robotique : Aurélien Conil • Construction ailes du robot : Marguerite Lantz • Régie lumière et générale : Thomas Jacquemart • Régie vidéo et son : Jérémy Oury • Administration production : Le Bureau des filles - Annabelle Couto, Véronique Felenbok, Morgane Janoir • Diffusion : Marie Leroy


Coproduction : Compagnie Hanna R, Théâtre National de Nice – CDN Côte d’Azur, Pôle des Arts de la scène - Friche de la Belle de Mai, Réseau Traverses – Association de structures de diffusion et de soutien à la création du spectacle vivant en région PACA, LE ZEF - scène Nationale de Marseille, Centre des Arts d’Enghien-les-Bains scène conventionnée « écritures numériques » • Avec l’aide à la production du DICRéAM – CNC, de la Région PACA, DRAC PACA et de la SPEDIDAM, l’aide à la captation de l’ADAMI, l’aide du conseil général des Alpes Maritimes et de la ville de Nice • Avec le soutien de l’ONDA • Résidences et soutien : Centre des Arts, scène conventionnée « écritures numériques » d’Enghien-les-Bains, Théâtre la Joliette - scène conventionnée pour les écritures contemporaines (Marseille), Théâtre Paris-Villette, Théâtre National de Nice – CDN Côte d’Azur