Musique

Loïc Guénin

Artiste de la Bande

La Phare à Lucioles

Loïc Guénin développe un travail sur les percussions et les objets sonores centré sur l’expérimentation, l’improvisation et la matière acoustique. Depuis plus de dix ans, il multiplie les projets, les rencontres, les expériences, les créations et les projets d’éducation artistique et culturelle. Il conduit une recherche personnelle sur le son, l’écoute et l’écriture musicale contemporaine. Il travaille notamment sur la relation entre les architectures, les environnements naturels et urbains mais aussi sociologiques et sonores et le sens de l’écoute développé par chacun d’entre nous. Cette recherche approfondie lui a permis de développer une notation graphique provenant d’un collectage minutieux effectué sur les lieux qui lui passent commande. Cette recherche touche de nombreux domaines d’expérimentation (musique de création, danse et écriture chorégraphique, photographie et liens au paysages...) qu’il fait interagir dans une démarche singulière. En 2005, Loïc Guénin fonde la compagnie Le Phare à Lucioles, structure dédiée aux écritures contemporaines qui produit ses projets au national et à l’international et qui est très active sur le territoire rural et isolé du Mont Ventoux, dans le Vaucluse. Chaque année il organise le festival Sons Dessus à Sault et de nombreuses actions pédagogiques innovantes.
À partir de 2010, ce processus de recherche à fait naître une série d’œuvres intitulée Walden [un lieu] en référence à l'ouvrage éponyme de Henri David Thoreau. La production de ce cycle lui a permis d'écrire pour les ensembles C Barré, Ars Nova ou l'Instant Donné en répondant à des commandes du GMEM-CNCM à Marseille, de l’Abbaye de Noirlac, de La Maison Maria Casarès à Alloue, d’Athénor scène nomade - CNCM à Saint Nazaire ou de l’Abbaye de Royaumont.
Depuis 2018, il assure la direction artistique du M![lieu], un projet ambitieux et innovant dédié́ aux écritures contemporaines. Prenant place dans un ancien collège du XIXe siècle à Sault, le M![lieu] associe un lieu de production, d’administration et de création pour la compagnie, un lieu de résidences pour des artistes internationaux, un lieu de diffusion, une fabrique artistique.
En 2018, Loïc Guénin est compositeur associé à la Cité musicale-Metz. En 2020 il entame une collaboration avec l’Ensemble intercontemporain et la Philharmonie de Paris qui lui passent commande d’un nouvel opus de son cycle Walden [un lieu]. Ses projets sont repérés et/ou soutenus à l’échelle nationale par le Ministère de la Culture et la SACEM, portés et défendus localement par la DRAC PACA et les collectivités de son territoire. Poursuivant son travail de défricheur, curieux de générer des rencontres artistiques pluridisciplinaires, la production de ses projets s'est considérablement amplifiée, passant de la musique instrumentale à la danse contemporaine, de la photographie à l'électroacoustique, de l'installation sonore à l'œuvre plastique, abordant avec la même rigueur des univers aussi apparemment éloignés que les musiques du monde, la création contemporaine, la noise ou le drone expérimental.
Ses prochains projets aborderont le théâtre musical (Odile et Jacques), l'Art Lyrique et la psychanalyse (Le Cri d'Antigone) ou encore la danse et la poésie (Pensées sous les nuages). Il écrira cette année un quatuor à cordes pour le quatuor Béla, ainsi qu'une pièce pour Création Mondiale - commande de Radio France - et entamera l'écriture de deux nouveaux opus de son cycle Walden (Ville de Chaumont et Philharmonie de Paris).