Le 17 mai 2022 à 20h30

Musique

Décibel Oratorio

Fred Nevché

Les Dits Sont De Là

LOU

Mickaël Phelippeau

bi-portrait

© DR - Les Dits Sont De Là
© DR - Les Dits Sont De Là
© Patrick Cockpit - Hans Lucas
© Patrick Cockpit - Hans Lucas
© Sébastien Andreani
© Sébastien Andreani

Présentation

Quand la musique actuelle et son ancêtre baroque entrelacent leurs vibrations et leurs instruments, qu’en ressort-il ? Un oratorio contemporain et flamboyant, pas moins. Qui nous apaise et nous percute tour à tour. 
Sur scène, sept interprètes. Certains totalement pop. D’autres, vraiment baroques, dont les viole de gambe, violoncelle, orgue et clavecin se juxtaposent sur des matières et des sons synthétiques, électroniques. Leurs timbres se mêlent au chœur et à ses mélopées. À la voix limpide de Fred Nevché livrant une nouvelle version de l’une de ses compositions, « Valdevaqueros ». Des extraits du répertoire baroque y répondent, d’Atys de Jean-Baptiste Lully aux fameuses Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau.  
Baroque aussi le portrait dansé qui suit. Fille de Béatrice Massin, l’une des plus grandes spécialistes de la danse baroque en France, Lou Cantor interprète son propre rôle, chorégraphié par Mickaël Phelippeau. Un solo explosif autour de la vie et des passions de la jeune femme. En tenue décontractée de répétition comme en habit pigeonnant et corseté, Lou Cantor déploie une énergie folle et communicative ! 


Décibel Oratorio

NOTE D'INTENTION

Décibel oratorio est la rencontre de la musique actuelle et de la musique baroque. Elle se présente comme l’assemblage de la création live Valdevaqueros ré-arrangée et d’un choix d’œuvres du répertoire baroque. « Dormons dormons tous le sommeil », extraite d’Athys de Lully, fera écho à la chanson, « Le besoin de la nuit », de Valdevaqueros. Ou encore, « Forêts paisibles », extraite des « Indes Galantes » de Rameau ira jusqu’à fusionner avec « Décibel », poème déclamé de Valdevaqueros. Sur scène, sept interprètes baroques et pop : David Neerman, Flore, Lise Viricel, Frédéric, Martin, Julien Lefèvre et Fred Nevché. Les instruments, baroque et pop, seront mis en scène pour leur juxtaposition étrange et organique. 

BIOGRAPHIE

Fred Nevché trace une route sinueuse et singulière entre rock, slam et chanson. Un genre indéfinissable, une démarche de développement artisanale et militante, ce capétien de français n’avait pas tous les atouts pour vivre de sa musique dans le contexte que nous connaissons depuis une décennie… Et pourtant après 10 ans et 4 albums, 350 dates aux 4 coins de la France, et un accompagnement de structures nationales (Festivals Francofolies, La Sirène à la Rochelle, Le Train Théâtre à Portes Les valences, Paul B) qui confirment un phénomène récurrent : on aime aussi dans l’hexagone une expression exigeante autour du mot. Artiste ancré dans sa réalité, Frédéric a, au fil des ans, multiplié les rencontres et les collaborations, initié à Marseille le micro-festival Gravitations autour du mot mis en musique et fondé une coopérative culturelle, Internexterne, qui assure la production de disques, de spectacles, et l’accompagnement d’artistes émergents. Comme un autre chemin, une autre façon de vivre la musique, de vivre de la musique.


 

Lou

NOTE D'INTENTION

Pour l’ouverture de la Fabrique des Écritures Baroques et 25 ans après la création de Fêtes galantes, Béatrice Massin, entre autres spécialiste et chorégraphe en danse baroque, me propose de faire un portrait chorégraphique de Lou Cantor, interprète qui accompagne son travail depuis plusieurs années. J’ai alors déjà eu l’occasion de voir celle-ci danser. Nous nous sommes déjà croisés mais j’ignore quasi tout de son parcours. Il y a également une filiation entre Béatrice Massin et Lou Cantor qui me semble être un élément central.

J’ai le désir d’aborder avec Lou et à travers le répertoire qu’elle a traversé, son expérience de corps, son rapport au mouvement et à l’héritage, à travers ses mots, non pas ce que serait une histoire de la danse baroque mais bien son histoire, avec toute la subjectivité que cela implique.

Mickaël Phelippeau


BIOGRAPHIE

Après une formation en arts plastiques et un parcours d’interprète dans quelques compagnies de danse, Mickaël Phelippeau suit la formation ex.e.r.ce au Centre chorégraphique national de Montpellier. Il travaille avec de nombreux chorégraphes parmi lesquels Mathilde Monnier, Alain Buffard et Daniel Larrieu. De 2001 à 2008, il travaille avec quatre autres artistes au sein du Clubdes5, collectif de danseurs-interprètes. Mickaël Phelippeau développe ses projets chorégraphiques depuis 1999. En parallèle, il poursuit une démarche à géométrie variable, convoquant différents champs et média et s’inscrivant dans des contextes divers. Depuis 2003, il axe principalement ses recherches autour de la démarche bi-portrait, prétexte à la rencontre. En 2008, il crée la pièce chorégraphique bi-portrait Jean-Yves puis bi-portrait Yves C. qui sont l’occasion de poser la question de l’altérité sous forme de portraits croisés, le premier avec Jean-Yves Robert, curé de Bègles, le second avec Yves Calvez, chorégraphe d’un cercle de danse traditionnelle bretonne. En 2010, il crée Round Round Round (film dans lequel a lieu une fête de village mais sans fête ni village) ; en 2011 Numéro d’objet (quatuor de femmes interprètes depuis les années 80 pour lesquelles la question de la carrière et de la génération est à présent une donne incontournable) et The Yellow Project ; en 2012 Sueños (duo de et avec la chanteuse Elli Medeiros) et Chorus (pièce pour 24 choristes) ; en 2013 enjoy the silence (duo de et avec l’auteur Célia Houdart) ; en 2014 Pour Ethan (solo pour l’adolescent Ethan Cabon) et Set-Up (pièce pour 4 danseurs, 4 musiciens et 1 régisseuse lumière) ; en 2015 Llámame Lola (solo pour l’artiste chorégraphique Lola Rubio) et Avec Anastasia (solo pour l’adolescente Anastasia Moussier) ; en 2016 Membre fantôme avec le sonneur de cornemuse Erwan Keravec dans le cadre des sujets à vifs du Festival d’Avignon ; en 2017, Footballeuses (avec dix femmes pratiquant le football), Mit Daudi (avec Daudi Simba, sur une commande du Theater Freiburg) et Soli (avec le ténor Renaud Mascret) ; en 2018, Ben & Luc (duo pour deux danseurs burkinabè) et Lou (solo pour la danseuse Lou Cantor) ; en 2019, Juste Heddy (solo pour un jeune homme ayant grandi dans les quartiers Nord de Marseille). Sa dernière pièce, De Françoise à Alice, a été créée en huis clos aux Quinconces et l’Espal, Scène nationale du Mans en novembre 2020. Il mène également des projets parallèles tels que des expositions ou les Portraits Fantômes qui sont l’occasion d’investir trois logements en l’absence de leurs habitant·e·s. Depuis 2010, Mickaël Phelippeau est directeur artistique de la manifestation À DOMICILE à Guissény en Bretagne (prenant la suite du chorégraphe Alain Michard) où il invite des chorégraphes en résidence à travailler avec les habitants de ce village. Il a été artiste associé au Quartz scène nationale de Brest (2011- 2014) et au théâtre de Brétigny - scène conventionnée (2012 - 2016), à L’échangeur - CDCN Hauts-de-France (2016 - 2018) ; en résidence au Théâtre Louis Aragon, scène conventionnée danse de Tremblay-en-France dans le cadre de « Territoire(s) de la danse » (2016) ; artiste complice du ZEF - scène nationale de Marseille (2016 - 2019) ; artiste compagnon au CCN de Caen en Normandie (2016 - 2019). Actuellement, bi-p association est en résidence à l’Espace 1789, scène conventionnée danse de Saint-Ouen, avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis. Mickaël Phelippeau est membre du Grand Ensemble de la Scène Nationale du Mans, Les Quinconces et l’Espal. Mickaël Phelippeau est un des artistes complices de La Filature - Scène nationale de Mulhouse.

Voir, écouter et lire

Danser canal historique

(Lou)
Délicieuse, pleine de fraicheur et de spontanéité, Lou Cantor qui est aussi une excellente danseuse et comédienne, propose un opus gracieux et exquis.

23 juin 2019

La terrasse

(Lou)
Quand une interprète emblématique rencontre le chorégraphe iconoclaste Mickaël Phelippeau, c’est l’occasion d’aller plus loin dans son expérience du corps et dans son histoire. 

Séances et tarifs

Génerique

Décibel Oratorio 
Avec : Lise Viricel (voix), Flore Seube (viole de gambe, choeur), Frédéric Isoletta (clavecin, orgue), David Neerman (arrangements, épinette, percussions, chœur), Julien Lefèvre (violoncelle, choeur), Martin Mey (électronique, chœur), Fred Nevché (voix, guitare classique & électrique, juno)  

Production : LE ZEF - scène nationale de Marseille ; Mars en Baroque • Sur une idée de Rozenn Le Bris dans le cadre du festival Le Goût des Autres (Le Havre)


Lou
Pièce chorégraphique de : Mickaël Phelippeau Interprétation : Lou Cantor • Musiques : Lully - extraits des Folies d’Espagne ; Lully - Air pour Madame la Dauphine ; Rachmaninov - extraits de Folia variations sur un thème de Corelli • Lumières et scénographie : Abigail Fowler • Costumes : Clémentine Monsaingeon • Assistant lumières & régie générale : Thierry Charlier 

Production déléguée : Fêtes galantes • Coproduction : bi-p association, Théâtre Paul Éluard, Bezons dans le cadre de la résidence artistique de Fêtes galantes 2017-2018 • En partenariat avec le POC d’Alfortville • Avec le soutien du : Centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne – La Briqueterie • Avec l’aide à la création du Conseil Départemental du Val-de-Marne • Remerciements : bi-p association / Mickaël Phelippeau ; 
Philippe Cantor